GOD WANTS FANGS.

Faites-vous mordre, voyez la vie en rouge !
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Eliane J. Deckers

Aller en bas 
AuteurMessage
Eliane J. Deckers*

avatar

Messages : 3
Date d'inscription : 02/01/2009

MessageSujet: Eliane J. Deckers   Ven 2 Jan - 17:08

Lors de cette nuit tiède et silencieuse, une jeune femme à l’apparence frêle, pénétra dans le sombre hall d'entrée d'un imposant bâtiment qui lui demeurait inconnu. L'appréhension s'imisçait sournoisement en elle, alors que la jeune femme jetait des regards furtifs alentours, anxieuse. Elle ne percevait aucunement les détails du hall plongé dans la pénombre. Cependant, Elisabeth vit une mince silhouette s'approcher d'elle. Le directeur de Queensberry. Chaleureux, un regard déterminé, un sourire amical demeurait accroché à ses lèvres. Il la mena, silencieuse, et à pas feutrés, à un bureau. Il ouvrit la porte et s'effaça pour laisser la june femme pénétrer à l'intérieur de ce bureau. Eliana fit face à une jeune femme. La secrétaire, elle se présenta et pria Eliane de s'asseoir. A présent, elle devait remplir son dossier d'inscription.

Born To Be Wild


Identity card

Prénom(s) :
Cela a été comme un coup de foudre pour ma mère ce nom. Eliane. C'était lui, et mon père était absolument d'accord avec cette idée. Ils ont longuement hésité, de longues journées ou je n'étais alors qu'un bébé, et ou les parlementations pouvaient durer des heures. Pour mon deuxième prénom, il est attribuer de génération en génération. Rien de très glorieux.
Nom : Deckers. 7 lettres . Plutôt court pour un nom de famille , mais je n'ai jamais aimé les noms à rallonge de toute manière . Je déteste ce genre de vanité causé par la fierté d'avoir un ancêtre d'une quelconque richesse effacé par le temps et les générations. Ils ne servent aujourd'hui qu'à exacerber certains égo trop fiers de porter le nom d'illustres ancêtres. ce que je trouve plutôt malsain . Je suis malgré tout fière de porter ce nom . Il n'est ni commun , ni vaniteux , mais il pourrait facilement le devenir .
Surnom(s) : S'il en reçoit, elle n'y répond tout simplement pas.
Age et lieu de naissance : 17ans, 21 juin 1991.
Nationalité : Irlandaise
Famille : C'est une vérité qu'on ne peut nier. Avant l'enfant, il y a les parents, et avant les parents, il y avait les grands parents. en continuant ainsi dans le passé, en remontant tout l'arbre généalogique, ça en ferait, du monde. Mais pour expliquer ce qu'est une personne, il faut aussi voir à quoi ressemble le background familial, voir dans quelles conditions ils vivaient, afin de mieux cerner la personne qu'il y a en face de nous. Eliane n'échappe pas à la règle. Pour connaître tout d'elle, il ne suffit pas de connaître ses années vécues sur Terre, soit 17 ans. Non, pour connaître l'intégralité de l'histoire d'une personne, il faut remonter bien avant, du temps des parents, des grands parents même. Parce que l'histoire d'un individu ne commence pas à partir du moment où il vient au monde, elle commence bien avant, au moment de la rencontre des parents. Eux mêmes ne seraient rien si il n'y avait pas eu les grands parents. A force de remonter ainsi, on pourrait se demander...Qui est venu le premier? L'oeuf ou la poule? La poule, assurément. Oui. Mais la poule elle vient d'où, hein? Elle est apparue par l'action du saint Esprit peut être ?

Dans le cas présent, il ne s'agit pas de déterminer, de l'oeuf ou de la poule, qui est venu avant, il s'agit ici de constater la génèse de l'histoire d'Eliane. Tenons nous-en aux parents, ça suffira, nul besoin de remonter jusqu'à des époques lointaines et insipides pour raconter l'histoire que je vais vous raconter. Tenons nous en également aux personnes qui revêtent de l'importance aux yeux d'Eliane, pour elle, son univers se limite aux parents. Les oncles et les tantes sont certes importants, mais pour elle légèrement insignifiants. Le but n'est pas non plus de s'encombrer de la marmaille que représentent les cousins et autres enfants rattachés à la famille, par diverses alliances et coups du sort. Ici, mieux vaut s'en tenir aux faits. Les faits, les voici.

Tout commença par un banal fait divers. Oui, de ceux qu'on trouve dans les journaux, ce à quoi on ne s'attend pas vraiment, ce qui est légèrement glauque. La rubrique faits divers est abhorrée par la plupart des gens, car elles contiennent des infos qui ne sont pas forcément au goût de tout le monde. Après tout, qui prendrait son pied à entendre parler d'un meurtre ou d'un truc dans ce goût là? Les parents d'Eliane n'étaient pas spécialement impliqués dans le fait divers en question, mais c'est ce qui a permis, entre autres, d'engager la discussion entre eux.

Matt Deckers était accoudé au bar, dans un vieux pub, dans lequel jouait un vieux morceau de Blues des années quarante. Il lisait le journal, la rubrique faits divers. Il était question d'une sinistre histoire de règlements de comptes qui avait viré dans un bain de sang, pas trés loin d'ici. Matt referma le journal, le posa sur le comptoir et alluma son cigare. La patronne du bar s'approcha de lui. C'était une femme qui devait avoir la trentaine, avec une lourde chevelure brune, la peau mate et de grands yeux verts. Marine Emerson, celle qui allait devenir sa femme, venait d'entrer dans sa vie. Marine avait posé un plateau sur le comptoir, un peu brusquement, faisant sursauter Matt par la même occasion. Tiens donc. Matt. Marine. Leurs prénoms commençaient pareil. Pourrait-on y voir là un signe du destin?

Voilà comment débuta vraiment cette histoire. Matt avait parlé à Marine. Ils s'étaient découvert pleins de points communs, pleines d'affinités. Six mois plus tard, ils se marièrent en Irlande. Six autres mois encore, ils arrivèrent en Irlande, à Dublin. Ils finirent par s'y sédentariser. Un an et demi passa, et encore neuf mois.


I am a Passenger

-Eliane n’a pas d’histoire. Elle n’est pas une fille intéressante, du moins, elle ne l’était pas.

----Savez vous qu’au-delà des enfants orphelins, des enfants assassins, des enfants hors la loi, des enfants drogués, des enfants prostitué, de la débauche et des malheurs savez vous qu’au-delà de tout cela, la pire des choses qui puissent arriver à l’existence d’un enfant, c’est d’être quelqu’un de banal ?

Lorsque un enfant né, il est quelqu’un de banal avant tout, car tous les enfants naissent quasiment de la même façon, mais à partir de la, tout change. Chacun vit et ressent les choses différemment des autres, c’est ce qui rend chaque vie unique et particulière. Tout change réellement lorsque l’on apprend ce qui se passe dans la tête de ces personnes. Et tout part de la vie que les parents décident d’offrir à leur enfant. La plus part des débauches enfantines ne sont que l’enchaînement de malheurs, l’engrenage de déception de tristesse, de dépression du couple qui les on créé. Et tout dégénère au moment de l’adolescence, stade ou l’on se rend compte et ou l’on prend conscience, que depuis le début, sa vie n’est qu’un tas de merde usagée. C’est à cause de ces prises de conscience, que l’on vie plus ou moins mal, que tout peut changer et que l’on peut devenir une personne totalement différente et ainsi avoir une vie plus ou moins palpitante, excitante, ou dangereuse.

Mais tout ça, Eliane ne connaît pas. Forcément, elle est banale.
Bien que sa vie ne le soit pas tant que ça, elle est banale.

Toute petite elle commença à faire ces premières nuits, faire cette première dent au même âge que la moyenne. Ces premiers mots furent Maman, puis Papa. Elle apprit à écrire, à lire, à compter en même temps que les autres. Lasser ces chaussures, faire du vélo sans les petites roues, tomber et se faire une blessure aux genoux… Tout, tout se faisait à la moyenne d’âge de l’enfant qui se développe. Elle n’était pas surdoué, et pas sous doué, elle n’avait aucun dont pour aucun sport, aucune peur étrange, tout, tout, tout était banal, normal, et presque… ennuyant.
Vivant en France avec son père et sa mère dans une petite maison, avec un chat pour animal de compagnie, à 6 ans, Eliane pouvait seulement se vanter d’être insomniaque. Mais lorsqu’elle avait des conversations avec ces copines de classes, elle n’avait jamais rien d’intéressant à raconter, elle ne faisait qu’écouter les vies passionnante de ces camarades, et rougir lorsque celles-ci lui demandaient de compter la sienne. Bien sur, elles apprirent rapidement à éviter cette question, préférant jouer à la poupée que s’ennuyer et bailler en entendant Eliane dirent que se soir elle allait manger une purée avec deux saucisses pour ce coucher à 20h30 sans broncher.

Et la vous vous attendait sûrement à ce que j’utilise un «’élément perturbateur », quelque chose qui bouleverserait totalement la longue et ennuyeuse histoire d’Eliane, un enchaînement de péripétie qui mettrait un peut de piquant et d’action ! Mais non, je n’ai rien de telle pour vous.
Que voulez vous, Eliane est banale. Du moins, elle le fut jusqu’au jour ou un matin, c’est parent décidèrent de divorcer. Pas assez heureux ensemble, Mark Donovan, cet anglais riche & prétentieux. Mark était beau comme un Dieu vivant, riche, très riche. Et en l’occurrence, il n’aimait plus sa femme. Elle n’a pas vraiment eu aux cris de gueule des parents, au vase cassé ou autre. Non, juste un matin ou on lui dit qu’elle ira vivre avec son père. Dés l’âge de 6 ans, elle grandit donc avec son père. Ou plutôt chez son père. Elevée par de nombreuses nounous & parfois, recevant quelques bribes de morale par les conquêtes de son père. Puis un week end sur deux chez sa mère. Cependant voir son père ramener une fille différente chaque semaine, l'a beaucoup influencée. Après tout, il est bien connu que nos enfants développent un comportement similaire à celui qui leur est montré, inculqué. Ainsi, on pouvait dire qu’elle menait une double vie, une inculquant le bonne exemple à suivre auprès de sa mère et de l’autre côté que sa passion pour la gent masculine ce développa. Ainsi elle avait un comportement assez précoce en matière de sexe. En effet, très tôt elle apprit que les bébés ne naissaient pas dans les roses ni dans les choux. D'ailleurs, la vérité était bien plus... amusante.
En 5 ans, Eliane avait bien changée. Si elle faisait avant son possible pour paraitre la petite fille modèle aux yeux de tous, elle n'avait plus envie d'être parfaite. Banal ou plus au point car vous avez probablement croisé des centaines de filles comme elle. Ça court les rues de Londres cette race de filles. Car ce n’est pas de n’importe quel genre de nana dont on parle. On parle d’une race à part. Le genre qui n’a qu’à claquer des doigts pour que tout lui tombe dans l’assiette sans qu’elle n’ait à bouger ne serait-ce qu’un seul de ses orteils parfaitement pédicurés. Le genre un mètre soixante douze, cinquante deux kilos, des cheveux blonds qui font qu’on dirait qu’elle est tout droit sortie d’une pub de chez Fructis. De grands yeux clairs avec un air tellement innocent qui ne cachent absolument pas son style marie-couche-toi-là qu’elle porte avec fierté. On n’ira pas jusqu’à dire qu’elle a tout de la bimbo siliconée comme on en voit de plus en plus dans notre société, elle arbore avec fierté son peu de formes qui lui donne une poitrine peu développée et des fesses façon planche à pain. Et vous vous dites probablement que ce n’est qu’une petite salope de fille à papa qui n’a rien d’autre que sa paire de talons hauts à six cents livres Sterling, ses cils recouverts de mascara et son sourire hypocrite toutes dents dehors. Se fessant virer d’école à école, ce n'est pas par manque d'intelligence qu'il n'a pas les meilleurs résultats de l’école. Ce qui lui manque, cependant, c'est le sens du travail et de l'assiduité nécessaires pour acquérir des notes plus élevées.

Loosing my Religion

Caractère :

Les apparences sont parfois trompeuses, ne dit-on pas ? On dit qu’il ne faut jamais se fier aux apparences, mais aussi que la première impression est toujours la bonne… alors que devons-nous croire ? Face à Eliana, cela pourrait bien être les deux en même temps.
La plus grande qualité d'Eliana serait sans nul doute sa détermination. On la dit souvent acharnée et déterminée pour obtenir ce qu’elle veut, de plus, jamais elle n’abandonerra quelque chose sans l’avoir entièrement terminé. Elle est ambitieuse, a des objectifs bien précis à atteindre et sait ce qu’elle veut. Elle l’obtiendra en un claquement de doigt, Eliana sait comment s’y prendre, et pas qu’avec des pincettes. On la dit souvent mystèrieuse, peut être est ce vrai. Eliana n’est pas le genre de fille à laisser couler ses émotions, elle préfére les garder dans sa boîte secrète quelque part caché dans son petit cœur. On lui a toujours dit que la sensibilité était un signe de faiblesse, alors elle se montre peu (ou pas du tout) sensible…Elle n'est ni froide ni dure même si des fois, le malheur des autres l’amuse…En parlant d’amusement, ceux qui conaissent bien Eliana peut dire que c’est une petite farceuse… une petite blague de temps en temps ne fait pas de mal, surtout quand on s’apelle Eliana Deckers et qu’on est droguée à la folie. Son sourire est rapidement contagieux, voir la vie en rose est peut être sa devise, ou pas, ça c’est avoir…Oui elle est compliquée, mais la simplicité n’a jamais été son fort, elle aime ce qui est complexe, d’ailleurs au lieu d’utiliser la manière simple, elle va d’abord user la manière compliquer. La miss déteste la solitude, elle va ainsi facilement vers les autres, mais elle n'accordera pas vite sa confiance. Elle est du genre à prendre la mouche pour un rien, son coté suceptible. Alors Mademoiselle s’emporte et devient méchante, odieuse, bref…Elle n’aime pas qu’on lui marche sur les pieds et prend très mal les remarques. Comme elle râle aussi beaucoup, ce n’est pas toujours évident de lui rendre le sourire, il faut un minimum d’humeur et de tact. Elle est franche, dit ce qu’elle pense en face, n’aimant pas cacher la vérité, même si ca peut blesser. Au moins, elle ne parle pas dans le dos…C'est une petite manipulatrice, elle sera vous faire flancher avec ses yeux doux...Un Ange?
En amour, les relations durables, ce n’est pas sa tasse de thé. Comme c’est facile, un coup par ci et un coup par là, que de s’investir dans une relation !

Vie parascolaire : L'équipe de rédaction du Queen Berry Said No. Depuis ma plus tendre enfance le monde du journalisme me fait rêver, voir baver. J’ai toujours voué un certain culte et une probable admiration envers ces Hommes parcourant le monde afin de faire profiter tout un peuple des nouvelles du jour, de l’actualité. Courir aux quatre coins du monde dans l’espoir d’obtenir l’interview exclusif d’une célébrité ou alors de couvrir les dernières infos d’une guerre, cela m’avait toujours fait envie.

Wild Thing
Ceci est bien entendu facultatif, mais nous apprécierions que vous le remplissiez.

Personnalité de l'avatar : Taylor Momsen
Comment avez-vous découvert le forum : Par un partenariat.
Commentaires : Je voulais précisée que après les vacances je ne pourrais venir que le soir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eliane J. Deckers*

avatar

Messages : 3
Date d'inscription : 02/01/2009

MessageSujet: Re: Eliane J. Deckers   Sam 3 Jan - 15:32

Je pense avoir fini =D
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Eliane J. Deckers
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Elaine de Latour; La Rose de Nuit {Humaine} [Walidatouillée]
» MERCREDI 20 JUILLET 2011
» Auriez-vous un cousinage avec Frédéric Le Guyader ?
» Eliane Amarach
» IGLOO BICHON FRISE 2 ANS 1/2 TES PATTES DS MON COEUR 38

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GOD WANTS FANGS. :: • WE'RE ALL MAD HERE :: Présentations-
Sauter vers: